ACTE 4 - Édition 2019

RSE et raison d'être de l'entreprise

Découvrez à partir d'Avril 2019 les éléments de l'Acte 4 du GPRSE

Retrouvez en avant procès sur nos pages Facebook et LinkedIn, les éléments du débat sur RSE et Raison d'être, l'actualité de la Loi Pacte, les prises de position affichées.

Le thème central

Nos intervenants 

Geneviève Ferone-Creuzet

Pionnière de la notation sociale et environnementale, spécialiste de la RSE, du développement durable (Eiffage, Véolia), de l'investissement socialement responsable, Geneviève FERONE-CREUZET est une personnalité qui compte à plus d’un titre dans les débats actuels sur la raison d’être, les entreprises à mission. L’équipe d’organisation est très heureuse de sa participation au GPRSE, 4ème édition.

Intervenant en qualité « d’avocate de la défense », nul doute qu’elle développera une analyse de la situation et des arguments qui vont éclairer les membres du « jury », les aider à prendre de justes décisions. Nous pouvons logiquement compter sur le même effet d’éclairage et d’aide à la décision pour les acteurs économiques locaux qui sont pour un soir, justement, ces membres du bienveillant jury du Grand Procès de la RSE !

  • Twitter
  • LinkedIn - Black Circle

Denis Clerc

Economiste, fondateur de la revue « Alternatives économiques », Denis CLERC a toujours manifesté une grande attention à l’enseignement de l’économie et aux « valeurs » qui peuvent en constituer le socle. Son parcours professionnel et associatif, sa bibliographie, ses nombreux articles de presse en témoignent.

L’équipe du GPRSE est très heureuse de l’accueillir le 6 juin dans le rôle de « procureur », celui qui peut appuyer où cela fait mal, dénoncer les doubles (triples ?) discours, les décalages entre les intentions parfois très louables et la réalité des faits. Dans ce monde ou la responsabilité globale des entreprises est de plus en plus mise en avant, les orientations proposées à partir de la notion de « raison d’être de l’entreprise » ou de « l’entreprise à mission » offrent-elles de réelles « alternatives économiques » ?